Archives mensuelles : décembre 2011

Une école propre

Dans le village, il y a une école vraiment propre. Avant, ce n’était pas comme ça, les jours de pluie, les élèves et le personnel salissaient toujours les planchers. L’hiver, c’était encore pire. Les gens du service d’entretien devaient sans cesse les laver. C’est alors qu’ils ont mis un règlement. Les élèves et le personnel laissent maintenant leurs chaussures dans une salle à l’entrée et mettent des pantoufles fournies par le service d’entretien. Les élèves et les enseignants ne peuvent pas apporter leurs pantoufles de la maison ni apporter les pantoufles de l’école chez eux. C’est important pour ne pas transmettre de la poussière de l’extérieur. Il y a cependant mesures spéciales pour les élèves qui ont un handicap les obligeant à porter des pantoufles particulières. Ils apportent un billet médical pour obtenir cette permission. Depuis que cette règle est en place, les sols sont beaucoup plus propres.

Ensuite, les gens du service d’entretien de l’école ont remarqué qu’il y avait beaucoup de poussière sur les bureaux des classes et des locaux se trouvant du côté de la rue principale. Les élèves et les enseignants ouvraient souvent les fenêtres et cela faisait entrer de la poussière. Les services d’entretien ont alors bloqué les fenêtres afin qu’on ne puisse plus les ouvrir. Il n’y a plus de problème de poussière dans les classes du côté de la rue principale.

Dernièrement, il y a eu une petite épidémie de grippe. On a demandé au service d’entretien de nettoyer les poignées de porte et les autres objets que les élèves manipulaient. On a montré aux élèves à se laver les mains plus souvent avec du savon. Or, il aurait fallu augmenter leurs heures de travail. De plus, les enfants utilisant plus souvent les lavabos, ça demandait plus d’entretien. On a donc décidé que les élèves et le personnel porteraient des gants et des masques pour éviter la contagion.

Toujours dans le but de rendre le travail plus efficace, le service d’entretien a élaboré un plan d’organisation des classes et des bureaux des enseignants. Tous les bureaux sont maintenant placés de la même façon, les livres, les crayons et même la corbeille. Pour ne pas déranger les gens qui font le ménage, il est interdit d’apporter des photos personnelles pour les mettre sur son bureau. Si un enseignant veut mettre un nouveau livre sur son bureau, il doit demander la permission sinon, le livre disparaît à la fin de la journée.

Lorsqu’un bris survient, les enseignants font une requête auprès de l’administration et la demande de réparation est envoyée au service d’entretien. Il y a trois mois, une enseignante était incapable d’ouvrir son tiroir où se trouvent ses notes de cours. Malgré une requête rapidement envoyée, elle attend toujours. Elle a dû passer beaucoup de temps à préparer du nouveau matériel.

La semaine dernière, il y a eu une bagarre dans la cour de l’école. Malheureusement, personne n’a rien vu, car, pour ne pas abîmer la peinture dans les classes et pour éviter que les élèves ne soient distraits en regardant par la fenêtre, on a mis d’épais rideaux aux fenêtres.

N’ayez crainte, cette école n’existe pas. L’école, c’est un lieu de vie, une deuxième maison pour tous ceux qui la fréquentent. Elle est le reflet de la vie, un milieu de vie et non un monde en parallèle. On ne peut pas préparer les élèves à vivre en société si la société reste à l’extérieur. D’ailleurs, les gens du service d’entretien savent tout ça, ils sont accessibles et répondent rapidement aux besoins de tous. Les gens des services d’entretien dans les écoles et les centres de formation savent très bien que les interdits et la pédagogie ne font pas bon ménage.