Les obstacles à l’intégration des technologies


Voici le type d’article qu’on écrivait il y a cinq ou six ans. Difficile à croire, mais il me semble que ce thème reste actuel. Est-ce que les obstacles sur lesquels on buttait il y a cinq ans sont les mêmes aujourd’hui? Quelles sont les améliorations apportées dans les classes? (Notez que je me réfère uniquement à l’intégration dans les classes FGA.)

Je classerais les obstacles en quatre « catégories »

  1. Obstacles technologiques: Malgré la baisse des coûts du matériel, on trouve encore des classes sous équipées en terme d’ordinateurs, de logiciels et d’environnements propices au travail. Par contre, c’est moins fréquent, quoique très variable d’un centre à l’autre. Plusieurs classes FGA sont maintenant dotées de TBI et de plusieurs ordinateurs récents. L’accès Internet n’est généralement plus un obstacle sauf, parfois, où de nombreux sites sont bloqués pour des raisons de sécurité ou de bande passante. Je dirais que les irritants viennent surtout de la mise à jour des logiciels, de la lenteur d’affichage des vidéos ou de logiciels utilitaires absents. Il faut toutefois préciser que des enseignants veulent aller plus loin et travailler avec des portables et même des tablettes. Dans les écoles, les innovateurs sont toujours en avant de la technologie disponible. C’est pourquoi, certains apportent leur propre matériel dans leur classe et permettent aux élèves de les utiliser.
  2. Obstacles didactiques: L’enseignement individuel, tel que vécu au Québec dans les classes FGA, s’appuie beaucoup sur des volumes ou des cahiers d’apprentissage. L’élève progresse généralement seul en progressant dans son cahier de façon linéaire. Or, la plupart des maisons d’édition qui produisent du matériel pour l’éducation des adultes, ne proposent pas beaucoup d’activités à l’ordinateur. Si l’élève ne fait que des livres, il n’ira à peu près jamais à l’ordinateur sauf pour faire quelques recherches. En fait, on a beau vouloir intégrer les technologies, on n’a pratiquement rien de concret à offrir à l’élève et à l’enseignant. La majorité des enseignants ont appris sans technologies et ont peu d’exemples de pratique pédagogique avec ces outils. De plus, les évaluations se présentent essentiellement en format papier et l’ordinateur ne fait pas partie du matériel permis. Si l’élève ne peut utiliser un ordinateur pour son évaluation, il sera peu porté à l’utiliser pour ses apprentissages.
  3. Obstacles organisationnels: On a beau dire, mais accompagner des élèves qui travaillent avec un ordinateur demande plus de temps et de soutien pour l’enseignant que lorsque ses élèves se limitent au papier et au crayon. Or, les classes sont souvent surchargées ou, si ce n’est pas le cas, les élèves ont de plus grands besoins. De plus, même si ces derniers passent de nombreuses heures devant un ordinateur, leurs connaissances de base sont limitées à l’utilisation des réseaux sociaux et à l’écoute de vidéos. Plusieurs n’ont jamais appris à se servir d’un logiciel de traitement de texte, un tableur, un logiciel de géométrie dynamique ou d’autres logiciels pédagogiques. En classe, l’enseignant n’a généralement pas le temps d’accompagner l’élève dans son appropriation de logiciel en plus de ses apprentissages disciplinaires. Sans compter qu’il faut trop souvent encore surveiller les élèves qui, devant un ordinateur, ont tendance à naviguer où ils ne devraient pas.
  4. Obstacles personnels: on rencontre de moins en moins d’enseignants croyant que les technologies ne sont pas utiles en classe. Les enseignants et les conseillers qui pensent que l’élève doit savoir bien se servir des outils traditionnels avant de mettre ses mains sur un clavier se font rares (ou discrets). Par contre, on trouve encore, parfois, des enseignants qui se sentent incompétents. Ils tiennent à bien maîtriser l’outil avant de permettre aux élèves de s’en servir. Si, il y a quatre ans, cet obstacle était majeur, je dois dire qu’aujourd’hui, ce n’est plus le cas. Je vois, dans les centres, des enseignants très habiles et fonceurs. Je n’entends plus de commentaires tels: « Les jeunes, ils sont nés avec une souris dans les mains alors que moi, je ne comprends rien à l’informatique. »  Donc, si ce n’est plus la confiance en soi et la compétence qui font obstacle, pourquoi on a encore des réticences à intégrer l’ordinateur en classe? La réponse c’est le manque de temps. Installez-vous devant un ordinateur pour évaluer un site, ou préparer une activité pour des élèves, combien de temps pensez-vous avoir besoin? Plusieurs enseignants qui amènent les élèves à utiliser les technologies dans leurs apprentissages passent de nombreuses heures, généralement le soir et la fin de semaine, à l’exploration. Surtout au début. S’ils le font, c’est par intérêt, par plaisir. Ils trouvent également beaucoup de satisfaction à voir leurs élèves découvrir les activités, explorer et travailler autrement.

Les solutions

Ça ne cadre pas trop dans la période de coupure, mais, pour surmonter cet obstacle, il faut donner des formations, oui, mais aussi du temps pour l’appropriation et l’exploration aux enseignants. L’accompagnement est essentiel, ainsi que le travail en équipe pour mieux évaluer les activités et les sites. Il faut aussi donner l’exemple et offrir des situations d’apprentissage où l’utilisation des technologies est pertinente et originale.

Cela dit, on assiste à une ouverture de la part des décideurs pour la mise en place d’un plan d’action où les technologies ont une place assez importante. Le passage aux nouveaux programmes ouvre une porte vers les changements de pratique. À mon avis, c’est toujours une bonne chose d’analyser notre pratique et de se remettre en question.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s