Archives mensuelles : août 2016

Compétence à écrire des textes variés

Afin de me préparer à l’accompagnement des enseignants FGA à l’appropriation du programme de formation de base diversifiée, je prends connaissance des programmes spécifiques à chaque discipline.  Le français n’étant pas ma discipline de base, j’ai peu de références par rapport à la façon dont cette matière est enseignée actuellement. Par contre, j’analyse les différents processus de développement des compétences en regard à l’utilisation des technologies disponibles.

Dans l’énumération des étapes du processus d’écriture de textes variés, on peut lire « Faire un brouillon » et « Rédiger la version définitive de son texte » (page 33 de la version provisoire du programme de français LE en formation générale des adultes).

Compétence_2

Faire un brouillon? Rédiger la version définitive? Est-ce encore comme ça qu’on rédige un texte? Est-ce que les processus et stratégies présentés dans ce programme sont enseignés de façon linéaire? Doit-on adapter les processus et stratégies à l’écriture à l’aide d’un logiciel de traitement de texte?

Lorsqu’on  écrit un texte à l’aide d’un logiciel de traitement de texte, les notions de brouillon et de version définitive perdent un peu de leur sens.

Les logiciels de traitement de texte offrent des fonctions permettant autant au scripteur débutant qu’au plus expérimenté de travailler le texte de façon non linéaire. Par exemple, le scripteur utilise les styles pour structurer son texte, déterminer ses niveaux de titres afin d’apprécier l’avancement de son travail et commencer par mettre en place les éléments de présentation (page titre, table des matières, bordure de page, en-tête, etc.) avant même d’écrire son texte. Chaque élève développe son profil de scripteur et sa façon personnelle d’aborder une tâche d’écriture.

Lorsqu’on écrit un texte à l’ordinateur, les notions de brouillon et de version définitive n’ont plus le même sens. Pour un texte dédié à la publication en ligne, le brouillon est un texte qui n’est pas encore publié. Et un texte publié n’est pas toujours une version définitive. En effet, la dernière version peut être mise à jour afin d’améliorer le contenu, d’apporter des précisions ou corriger des coquilles.

L’apport des technologies ne peut se faire sans un changement de pratique ou de stratégies dans le processus d’apprentissage et par les tâches qui y sont requises. Ce qui est encore plus pertinent, c’est d’ajuster les stratégies afin de rendre l’élève plus compétent à écrire des textes variés avec les outils qu’il utilisera le plus souvent dans son quotidien, que ce soit lors de la poursuite de ses études, dans le métier qu’il exercera ou dans sa vie personnelle. Pour cela, j’ai toutefois confiance dans le professionnalisme des enseignants qui savent adapter les stratégies en fonction du besoin de leurs élèves.

Publicités