Archives pour la catégorie Logiciels

Descriptions de logiciels et leurs fonctions

La robotique, une lubie de technophile?

En éducation, plusieurs personnes croient que la robotique est une lubie de quelques fantaisistes pas trop matures et déconnectés de la réalité de la classe. En fait, c’est vrai qu’organiser des activités de robotique en classe, surtout dans des centres où les élèves travaillent individuellement et en silence, bouscule un peu l’ordre et les habitudes. De plus, si le but de l’enseignement et de préparer les élèves aux examens, la robotique n’a pas vraiment de place, car, actuellement, on évalue les élèves à résoudre des problèmes écrits et qu’avec du papier et un crayon.
Or, la robotique a sa place dans le parcours d’apprentissage en mathématique pour au moins deux raisons.

  • D’abord, la robotique est un secteur d’avenir. Cette technologie prend de plus en plus de place en industrie, mais également dans les maisons et pour les loisirs. En connaitre les bases sera, pour les citoyens de demain, une compétence essentielle. Découvrir ce secteur d’activité permet également d’ouvrir une porte vers un choix de carrière.
  • Ensuite, la robotique permet de donner des ancrages à des apprentissages théoriques. Par exemple, étudier les notions de fonction affine (la droite) ou autres fonctions, uniquement en lisant dans un livre et en construisant des graphiques parait très abstrait pour plusieurs élèves. Par contre, lorsque ceux-ci programment un robot et construisent un graphique à partir des données récoltées par le robot, les notions de fonctions, de relation entre quantités et du rôle des paramètres prennent tout leur sens.

Lorsqu’on propose des activités de robotique, on fait toujours travailler les élèves en équipe de deux ou trois. Ils doivent alors collaborer et travailler ensemble. On remarque que lorsque les élèves travaillent en équipe, ils sont non seulement plus motivés, mais ils sont également prêts à relever des défis beaucoup plus élevés. Le travail d’équipe leur donne des occasions de s’aider entre eux.

Robotique_Marchand_2

Élèves de St-Jérôme en plein travail de programmation

Les documents produits lors de l’activité de robotique sont ensuite réinvestis en classe et c’est beaucoup plus motivant pour les élèves de travailler avec leurs propres données. Cela donne du sens à ce qu’ils font. Tous les graphiques produits lors de l’activité sont imprimés et remis aux élèves afin qu’ils puissent les utiliser en classe.

Graphique créé lors d'une activité de robotique

Graphique créé lors d’une activité de robotique

En général, les élèves adultes qui participent à ces activités n’y voient que du positif, ils font des liens et s’impliquent  dans les tâches demandées avec beaucoup d’enthousiasme. Ceux qui critiquent la robotique comme outil d’apprentissage n’ont probablement jamais accompagné des élèves dans ce genre d’activités ou alors l’activité n’était pas bien structurée. Entendre les témoignages, voir l’investissement et la motivation chez les élèves, cela suffit à convaincre de la pertinence de la robotique.

En mathématique, plusieurs notions peuvent être abordées par une activité de robotique telles les relations entre quantités et les représentations physiques. En science-techno ainsi qu’en physique, la robotique devient incontournable. Bref, cette technologie est appelée à faire partie intégrante des outils de base pour l’appropriation des connaissances et des compétences requises dans le programme de la formation générale des adultes.

Modéliser le mouvement pour une culture scientifique

Pour la plupart d’entre nous, la mathématique est une science abstraite, déconnectée de la vie réelle. Pour les élèves, dès la première difficulté, la question qui leur vient en tête c’est: « À quoi ça va me servir dans la vie? »

Pourtant, plusieurs personnes, dont bien des enseignants de mathématique, aiment manipuler des concepts abstraits. Ils  trouvent un grand plaisir à résoudre de complexes équations algébriques ou simplifier de longues expressions trigonométriques. (Je fais partie de cette catégorie…). Mais lorsqu’on demande à ces enseignants de concrétiser des notions toutes simples, c’est beaucoup moins évident. Par exemple, la rédaction de situations d’apprentissage en situation réelle pour les transformations géométriques a donné lieu à des activités où l’élève doit représenter la rotation lorsqu’il déplace un meuble dans sa chambre…

Vous faites-ça vous, une rotation, lorsque vous déplacez un meuble?

D’autres situations aussi absurdes se trouvent en algèbre où on fait calculer le nombre de poules et de lapins en donnant le nombre de têtes et de pattes.

Ça ne serait pas plus facile de compter les poules et ensuite de compter les lapins?

Ce genre de problèmes amusent les enseignants, pas les élèves. De plus, cela envoie le message que la mathématique ne sert à rien de concret dans la « vraie vie« .

Alors, comment rédiger des situations d’apprentissage collées à la vie réelle pour apprendre les notions de base?

Peut-être que la question est mal posée. C’est comme si on demanderait de trouver une situation pour comprendre les transformations géométriques, les fractions et l’algèbre.

Et si on partait de situations réelles?

Un des objectifs de la mathématique est de comprendre le monde et, en particulier, le mouvement. À l’aide des outils technologiques, il est de plus en plus facile de filmer un mouvement et de le décortiquer pour en tirer une règle.

Une vidéo est intégrée dans le logiciel LoggerPro et on voit le graphique et les variables

Modélisation de la chute d'une pomme

Voici un exemple où on a filmé une pomme qui tombe et qu’on a ensuite créé le graphique de la hauteur en fonction du temps à l’aide du logiciel LoggerPro. L’élève a ensuite des variables et un graphique qui représentent une situation qu’il a lui-même vécue, et sur lesquels il fera les traitements nécessaires pour comprendre et modéliser le mouvement que subit la pomme qui tombe. Il peut même faire tomber plusieurs objets pour comparer ou mettre son modèle à l’épreuve, calculer et expliquer les marges d’erreurs, prédire le mouvement dans d’autres situations, etc.

Bien sûr, ce n’est pas possible, dans nos classes, de tout expliquer à partir de situations, sauf que lorsque l’élève a modélisé une ou deux situations, celles-ci deviennent une référence, un point d’ancrage, pour saisir le principe d’autres situations du même type. Le but est de donner un sens aux apprentissages, mais un sens réel, logique et pertinent.

Lorsqu’un élève demande à quoi ça peut lui servir de faire des mathématiques et qu’on n’est pas capable de lui répondre ou lorsqu’on lui demande de résoudre des situations de vie absurdes où l’application mathématique est artificielle, on manque notre coup. L’élève ayant un peu de difficulté décroche et se dit qu’il n’a pas la « bosse des maths ».

Nous avons vraiment besoin de développer une culture scientifique chez nos élèves. Grâce à la vidéo et à un logiciel de création de graphiques, nous pouvons mettre nos élèves en action tout en les amenant à modéliser différents mouvements. Du coup, on les amène à observer le monde autour d’eux, à formuler des hypothèses et à expliquer scientifiquement divers phénomènes.

À mon avis, c’est ça la culture scientifique!

Ma meilleure expérience d’école

Entendre un élève dire ça, c’est déjà quelque chose. Lorsque cet élève est un jeune adulte, là, ça frappe. Comment une simple activité de robotique, dans le cadre d’une semaine des sciences et des mathématiques dans un centre FGA, peut  amener un élève  à exprimer un tel enthousiasme?

Jonathan, je crois que c’est son nom, a peut-être 16 ans, il doit être en secondaire II. Je connais ses enseignantes, elles sont extraordinaires et dévouées. Elles font vivre des expériences différentes à leurs élèves. C’est pour ça qu’elles m’ont demandé de les accompagner pour des activités de robotique. Le but est d’explorer de nouvelles approches afin de comprendre des notions de mathématiques.

Depuis le début de l’année scolaire, j’ai accompagné des enseignants dans plusieurs centres FGA pour des ateliers de robotique. J’ai dû rencontrer une vingtaine d’enseignants et probablement près de cent élèves adultes. Au départ, je cherchais à aider des élèves qui « bloquaient » avec les fractions ou l’algèbre. Jamais je n’aurais pu espérer une participation aussi grande. Lors des ateliers, les élèves comprennent des concepts,  travaillent en équipe, sont concentrés sur la tâche et mobilisent des compétences habituellement peu développées à l’éducation des adultes. De plus, j’ai vu des élèves utiliser des méthodes et des outils d’une façon tout à fait inattendue et surprenante.

Ce qui fait que la robotique suscite autant de motivation, c’est probablement dû au fait que les actions faites par l’élève déclenchent une réponse immédiate. Le travail en équipe, le défi, la recherche de solution, la créativité, tout ça stimule l’élève et rehausse son estime personnelle.

Vendredi après-midi, lorsque Jonathan m’a dit, dans un élan d’enthousiasme, qu’il vivait sa meilleure expérience d’école, j’ai compris que les centres d’éducation aux adultes pouvaient faire une différence dans la vie et l’avenir des jeunes grâces, notamment, à des enseignants créatifs qui n’hésitent pas à tenter de nouvelles expériences.

Bien sûr, il ne faut pas que les directions de centre utilisent l’argument des compressions budgétaires pour refuser la libération d’enseignants et l’achat de matériel pour la tenue d’ateliers pratiques dans les centres FGA.

Voir également le site La robotique en FGA

Les outils Google

Tout le monde connaît Google comme outil de recherche de base. Pourtant, Google offre plusieurs outils particulièrement utiles en éducation. En voici quelques un utilisés par les enseignants en formation générale adulte de ma région et ceux que j’utilise dans le cadre de mon travail. Notons que pour certaines applications (documents, iGoogle ou Google Site) il faut se créer un compte Google.

1)   La recherche avancée

Utilisation des opérateurs logiques, choix de la date de parution des articles.

Vous avez la possibilité, entre autre, de sélectionner des articles en fonction des droits d’utilisation ce qui est pratique lorsqu’on cherche des textes pour des activités d’apprentissage à être diffusées.

2)   Images

Recherche d’images libres de droits, recherche par format. Le principe est semblable à la recherche avancée. Utile pour la recherche d’images libres de droits.

3)   La roue magique

Aide à préciser la recherche. Aide aussi à l’inspiration lors de la rédaction. Voir l’article à ce sujet.

4)   L’outil linguistique (traduction)

Indispensable pour l’apprentissage de l’anglais, traduit de l’anglais au français et du français à l’anglais. Écoute du texte. Évidemment, la traduction n’est pas parfaite, mais cette fonction peut aider les élèves à comprendre le sens général du texte. Ils peuvent aussi s’en servir pour savoir comment écrire un mot en anglais et comment le prononcer.

5)   iGoogle

Ceci est un agrégateur, il permet de rassembler, sur une ou plusieurs pages, les principaux liens, outils, dictionnaires, calculatrices, agendas, documents, etc.. De plus, cette page peut être affichée sur n’importe quel ordinateur dès qu’on se connecte à notre compte Google. Pratique lorsqu’on passe d’un ordinateur à l’autre et qu’on veut avoir tous nos outils à porté de main.

7)   Google Document

Partage de documents, documents en ligne et accessibles partout sans être obligé d’utiliser une clé USB. Permet le travail collaboratif entre enseignants et avec des élèves. Documents texte, tableur, présentation, etc.

8)   Agenda

Mettre en ligne un agenda; très pratique. On peut se créer plusieurs agendas, les relier entre eux, partager un agenda à plusieurs, avoir un agenda privé ou public, etc.

9)   Google site

Création d’un site Web sans programmation. Le site peut être collaboratif, public, privé, visible que par quelques personnes. Le canevas peut être copié et partagé. Outil pouvant aussi être utilisé pour des portfolios. Il sert entre autre à mettre en commun le travail de plusieurs enseignants ou à présenter les réalisations des élèves en art.

Et bien d’autres

D’autres outils Google peuvent aussi être utiles tel la création de groupe de diffusion ou le navigateur Chrome. Tous ces outils sont gratuits, mais évidemment, Google étant une entreprise privée cherchant à faire des profits, la prudence reste de mise. Comme tout ce qu’on fait sur Internet d’ailleurs.

Une communauté pour apprendre les langues

Busuu.com est un environnement d’apprentissage qui intègre un réseau social dans le but de développer des compétences dans une ou plusieurs langues.

Page d'accueil du site

Page d'accueil du site

C’est un site convivial avec une section gratuite. L’intérêt de ce site est la communauté avec qui ont peut échanger et converser dans la langue de notre choix. Les langues actuellement disponibles sont l’anglais, le français, l’espagnol, l’italien, le portugais et l’allemand.

Voici donc une brève présentation de ce site.

Après votre inscription, vous devez sélectionner votre langue native ainsi que les autres langues que vous maîtrisez. Cela permet aux autres participants de faire appel à vous pour les aider ou corriger leurs exercices. Ensuite, vous identifiez la ou les langues que vous voulez apprendre ainsi que votre niveau actuel. Lorsque c’est terminé, vous aurez alors votre page d’accueil nommée « le Jardin ».

Page d'accueil personnelle

Dans cette même page, vous trouverez, plus bas, les activités prescrites, vos points, vos amis, des exercices à corriger, les personnes en ligne, etc.

Jardin

Page d'accueil personnelle

Vous pouvez déjà débuter vos activités d’apprentissage. Au début, vous avez à apprendre du vocabulaire ou de la grammaire.

Activité

Activité de vocabulaire


Ensuite, les mots sont mis en contexte dans une conversation.
Texte en contexte

Écoute d'un texte

Vous aurez également quelques exercices de consolidation.

Dans certaines activités, on vous suggère de converser avec un autre participant ou de répondre à une question qui sera ensuite corrigée par un « natif ». Vous aurez également la possibilité d’enregistrer et d’imprimer un fichier PDF contenant tous les mots de vocabulaire et les textes et vous pourrez enregistrer un fichier mp3 de l’activité. Des activités de révision terminent les groupes d’activités.

Boutons des activités

Boutons des activités

Il y a toujours de nombreux participants en ligne et prêt à échanger avec vous. Les gens viennent surtout d’Europe, d’Amérique du Sud et des États-Unis. Une fiche identifie chacune des personnes en ligne avec sa langue d’origine, son pays, son âge et quelques autres informations sur sa progression dans l’environnement.

Fiche du participant

Fiche

Vous pouvez choisir de parler avec quelqu’un qui est natif dans votre langue d’apprentissage et qui apprend le français ou de parler avec un participant qui apprend la même langue que vous.

Fenêtre de conversation

Busuu talk

Lorsque vous conversez avec un autre participant, vous avez à votre disposition une liste d’expressions ainsi qu’un traducteur.

Fenêtre du traducteur

Traducteur

Vous avez également un clavier afin d’avoir accès aux lettres accentuées (dans les langues disponibles du site).

Vous pouvez, en tout temps, inviter un participant qui est en ligne à converser avec vous.

Il est possible d’avoir une version plus complète avec davantage d’outils pour quelques dollars par mois. (On doit payer en euros).

Fenêtre pour l'abonnement

Abonnement

10 conseils de sécurité pour Twitter

Le texte qui suit est une traduction libre du site suivant: http://hitechnocorner.blogspot.com/2010/04/10-safety-tips-on-twitter.html
1- Limitez vos conversations
Vous vous sentez obligé de dire ce que vous faites à chaque instant? Les informations que vous donnez permettraient de connaître vos déplacements et votre emploi du temps.
2- Soyez prudent lorsque vous ouvrez des liens
Dans la plupart des cas, les adresses proposées dans les messages ont été raccourcies; vous n’avez alors pas le véritable nom du site. Si vous avez des doutes sur la fiabilité du site, ne l’ouvrez pas.
3- Vérifiez vos messages
Si vos abonnés vous envoient des messages privés qui ressemblent plutôt à des spams, il est possible que ce dernier soit la cible de pirates informatiques. Bloquez-le ou signalez-le.
4- Réfléchissez avant d’envoyer un message
On nous disait de tourner sept fois la langue avant de parler; ce conseil vaut aussi pour vos messages. Pensez que tout ce que vous écrivez pourra être lu par toute la planète avant de cliquer sur « Actualiser »
5- Gardez une petite gêne
Ne croyez pas tout ce qui est dit et ne retweetez pas tous les messages sans réfléchir. Avant de choisir de suivre une personne, assurez-vous de pouvoir lui faire confiance.
6- Allez-y doucement avec les applications
Il existe des centaines d’applications pour Twitter, ne prenez que celles proposées par des sites fiables et informez-vous avant de les télécharger.
7- Variez vos mots de passe
N’utilisez pas le même mot de passe pour tous vos réseaux sociaux et vos courriels. Utilisez des lettres et des chiffres dans vos mots de passe. Trouvez un système pour conserver vos mots de passe. Ce système doit évidemment vous faciliter la vie à vous, mais pas aux autres.
8- N’enregistrez pas vos codes d’accès
N’acceptez pas que votre fureteur enregistre vos mots de passe, surtout lorsque vous utilisez un ordinateur public ou partagé.
9- Méfiez-vous des attaques d’hameçonnage
Ne répondez pas aux messages personnels vous demandant vos codes d’accès. Ne cliquez pas sur le lien d’un message reçu par courriel pour accéder à votre compte.
10- Déconnectez-vous lorsque vous quittez l’ordinateur
Avant de fermer la page et le fureteur, déconnectez-vous de votre compte. C’est une habitude à prendre.

Publications en ligne

La lecture de documents en ligne peut sembler monotone ou fastidieuse; en particulier lorsque nous avons affaire à un PDF de plusieurs pages. Afin de modifier la présentation; vous pouvez utiliser le site de Calaméo qui vous permet de publier des textes sous la forme d’un journal. C’est gratuit pour les options de base.

Voyez le journal étudiant du centre Les Cimes à Ste-Agathe, fait avec Publisher et publié sur Calaméo:

Le Bavard, 1ière édition