Archives du mot-clé recherche

Les technologies pour apprendre

L’utilisation des technologies en contexte d’apprentissage est-elle un facteur de réussite efficace? Étonnamment, certaines personnes croient que non. Elles mettent les technologies en opposition à la relation maitre-élèves et minimisent leur impact. Comme référence, ces personnes citent l’étude de John Hattie qui prétend que l’apprentissage basé sur le Web n’a qu’une influence faible ou non-significative sur l’apprentissage. Mais de quels apprentissages parle-t-on dans l’étude de Hattie et de quels élèves? Peut-on généraliser pour des élèves de niveaux primaire, secondaire et pour des adultes? Peut-on affirmer qu’il est préférable que des adultes écrivent à la main parce qu’une étude démontre que des enfants de 5 ans apprennent mieux la lecture s’ils apprennent à écrire de façon manuscrite? Et peut-on dissocier l’outil du contexte, de l’enseignant et de l’apprenant?

On limite souvent les technologies éducatives aux exerciseurs ou aux écoutes passives de vidéos. Ces utilisations existent, elles ont même probablement leur place à l’intérieur d’un parcours d’apprentissage, mais les technologies en soutien à l’apprentissage dépassent largement ces modèles. En réalité, dans la classe, surtout en FGA, l’utilisation des technologies se rattache pratiquement toujours à un travail collectif ou collaboratif avec l’enseignant ou entre les élèves adultes.

Voici quelques activités que des élèves ont faits dans la région ces derniers mois:

  • Prêter sa voix à un avatar pour donner son opinion sur un sujet d’actualité (élèves en francisation);
  • Créer une planche de type bande dessinée en se mettant en scène pour présenter la vie au centre dans le but de communiquer en français;
  • Participer, en groupe, à des sessions de quiz interactifs en science ou en histoire dans le but de prendre conscience des enjeux, mais aussi de valider ou de consolider les apprentissages;
  • Modéliser  de façon dynamique des fonctions mathématiques afin de comprendre le rôle des paramètres;
  • Enregistrer sa voix et s’écouter afin de peaufiner sa prononciation en anglais;
  • Programmer un robot et traiter les données recueillies afin de visualiser la relation entre deux caractères;
  • Suivre un cours de biologie en ligne afin de bénéficier de présentations animées, de vidéos, d’articles variées et actuels en plus d’avoir un lieu d’échange asynchrone avec l’enseignant;
  • Consulter des dictionnaires numériques et un correcteur, utiliser un prédicteur de mots et la synthèse vocale  afin d’améliorer son vocabulaire et réduire l’incidence des fautes d’orthographe lors de l’écriture d’un texte;
  • Participer à un webinaires où un expert partage ses connaissances sur un sujet scientifique afin de présenter un domaine d’étude moins connu;
  • Et oui, écouter des capsules vidéos pour apprendre des techniques et faire des exercices avec un exerciseur en ligne pour renforcer des apprentissages, en complément au travail habituel; pour plusieurs élèves adultes, ça fonctionne très bien.

Dans tous les cas mentionnés, le succès de l’activité a reposé essentiellement sur le lien entre l’enseignant et les élèves. Un quiz est pédagogiquement rentable et motivant s’il est bien fait et bien animé. L’enregistrement de capsules ou la création de planche de type bande dessinée par les élèves conduisent à des apprentissages si l’enseignant a bien ciblé son intention pédagogique et encadré la réalisation de l’activité. Un cours en ligne répond aux attentes s’il est bien construit, maintient un rythme adéquat entre les lectures, l’écoute de vidéos et les productions. Une activité de robotique atteint sa cible si l’enseignant l’introduit en la reliant aux apprentissages, pose des questions afin d’amener l’élève à induire les règles et, par la suite, ancre les notions théoriques sur celles observées lors de l’activité de robotique. C’est parce que l’enseignant est un excellent pédagogue et qu’il a des liens forts avec ses élèves que l’utilisation de la technologie a été une réussite.

Le tableau vert ou noir et la craie ont sûrement encore une place dans la classe (au fait, s’interroge-t-on sur leur efficacité?), mais les ordinateurs, TNI, tablettes, robots et téléphones intelligents y sont également présents, au même titre et pour les mêmes objectifs. Le débat ne devrait pas porter sur l’outil, mais bien sur l’élève, sur ce qui l’aide vraiment dans un contexte précis et sur la pédagogie. Parfois, la lecture dans un livre et l’écriture à la main semblent plus efficaces, parfois, la recherche sur Internet, la création de carte interactive et la manipulation de forme sur un logiciel 3D permettent des apprentissages plus significatifs. Se refuser à utiliser certains outils sous un prétexte idéologique ne peut que nuire aux élèves.

Voici quelques liens vers des articles exposant diverses opinions:

http://rue89.nouvelobs.com/2016/04/27/numerique-a-lecole-change-t-vraiment-rapport-a-lerreur-263869

http://www.elfontario.ca/blog/technologie/technologie-en-classe-attention-aux-attentes-exagerees/

http://www.internetactu.net/2015/05/19/pourquoi-lapprentissage-assiste-par-la-technologie-ne-parviendra-pas-a-lui-seul-a-resoudre-la-crise-de-leducation/

http://www.vteducation.org/fr/articles/collaboration-avec-les-technologies/usages-pedagogiques-des-tic-de-la-consommation-a-la

Sur la rétroaction: http://claac.org/la-retroaction-dans-une-claac-une-strategie-efficace/

Impact des technologies sur les élèves à besoins particuliers. http://taalecole.ca/adaptations/technologies-lecture-ecriture/

Publicités

Les outils Google

Tout le monde connaît Google comme outil de recherche de base. Pourtant, Google offre plusieurs outils particulièrement utiles en éducation. En voici quelques un utilisés par les enseignants en formation générale adulte de ma région et ceux que j’utilise dans le cadre de mon travail. Notons que pour certaines applications (documents, iGoogle ou Google Site) il faut se créer un compte Google.

1)   La recherche avancée

Utilisation des opérateurs logiques, choix de la date de parution des articles.

Vous avez la possibilité, entre autre, de sélectionner des articles en fonction des droits d’utilisation ce qui est pratique lorsqu’on cherche des textes pour des activités d’apprentissage à être diffusées.

2)   Images

Recherche d’images libres de droits, recherche par format. Le principe est semblable à la recherche avancée. Utile pour la recherche d’images libres de droits.

3)   La roue magique

Aide à préciser la recherche. Aide aussi à l’inspiration lors de la rédaction. Voir l’article à ce sujet.

4)   L’outil linguistique (traduction)

Indispensable pour l’apprentissage de l’anglais, traduit de l’anglais au français et du français à l’anglais. Écoute du texte. Évidemment, la traduction n’est pas parfaite, mais cette fonction peut aider les élèves à comprendre le sens général du texte. Ils peuvent aussi s’en servir pour savoir comment écrire un mot en anglais et comment le prononcer.

5)   iGoogle

Ceci est un agrégateur, il permet de rassembler, sur une ou plusieurs pages, les principaux liens, outils, dictionnaires, calculatrices, agendas, documents, etc.. De plus, cette page peut être affichée sur n’importe quel ordinateur dès qu’on se connecte à notre compte Google. Pratique lorsqu’on passe d’un ordinateur à l’autre et qu’on veut avoir tous nos outils à porté de main.

7)   Google Document

Partage de documents, documents en ligne et accessibles partout sans être obligé d’utiliser une clé USB. Permet le travail collaboratif entre enseignants et avec des élèves. Documents texte, tableur, présentation, etc.

8)   Agenda

Mettre en ligne un agenda; très pratique. On peut se créer plusieurs agendas, les relier entre eux, partager un agenda à plusieurs, avoir un agenda privé ou public, etc.

9)   Google site

Création d’un site Web sans programmation. Le site peut être collaboratif, public, privé, visible que par quelques personnes. Le canevas peut être copié et partagé. Outil pouvant aussi être utilisé pour des portfolios. Il sert entre autre à mettre en commun le travail de plusieurs enseignants ou à présenter les réalisations des élèves en art.

Et bien d’autres

D’autres outils Google peuvent aussi être utiles tel la création de groupe de diffusion ou le navigateur Chrome. Tous ces outils sont gratuits, mais évidemment, Google étant une entreprise privée cherchant à faire des profits, la prudence reste de mise. Comme tout ce qu’on fait sur Internet d’ailleurs.

La roue magique

Le nombre impressionnant d’articles et de textes sur la toile exige une stratégie de recherche efficace. À l’origine, nous utilisions les mots clés et les opérateurs booléens (OR, AND, «  » et autres), puis, les options de recherches avancées ont permis d’affiner les recherches sans connaître les codes.

Dernièrement, une enseignante m’a fait découvrir la roue magique de Google. Cette façon de rechercher les informations fait appel aux idées principales et secondaires en proposant des sous-niveaux raffinant la recherche. Voici comment utiliser cet outil:

D’abord, écrivez le mot clé principal du sujet recherché dans la boîte de dialogue du moteur de recherche Google. Par exemple, vous cherchez des informations sur la production d’électricité par l’énergie éolienne, vous écrivez « éolienne »:

Écrire "éolienne" dans la boîte de recherche de Google Faites « Rechercher »

Cliquez maintenant sur « Afficher les options »:
Cliquez sur "Afficher les options"

Dans le menu de gauche, cliquez sur le lien « Roue magique »:
Cliquez sur "Roue magique"

Au milieu de la page, vous avez la roue avec, au centre, votre idée principale et, dans les rayons, les idées secondaires associées à ce mot. Dans la partie droite de la page, vous avez les liens des articles traitant du sujet.

La roue magique avec l'idée principale au centre et les idées secondaires

En cliquant sur une des idées secondaires, vous ouvrez une autre roue avec l’idée secondaire au centre et un autre niveau dans les rayons. Les liens de votre idée secondaire se trouvent à droite:

Un premier niveau d'idées secondaires

Vous pouvez continuer à raffiner votre recherche en vous déplaçant dans les différents niveaux:

Troisième niveau de recherche

Cette façon de rechercher l’information peut, à mon avis, aider les élèves à distinguer les idées principales et idées secondaires, mais également d’ouvrir à d’autres avenues de recherche.